vendredi 17 octobre 2014

Nénuphar

Méli-mélo Automnal (nénuphar) - Collaboration avec Nicolas Perrin
- Temps gris et  panne d'inspiration momentanée?

La solution: Filtre polarisant + sortie photo à deux + multiples tentatives + bonne humeur + pluie intermittente
Le résultat : Une image plutôt sympathique non? 
Belle soirée.
F

jeudi 16 octobre 2014

Pomme pourrie et serpent à sornettes


Fin du monde (Réalisé en collaboration avec Nicolas Perrin)


Tout commence avec cette fameuse histoire de genèse de l’humanité . Ayant procédé à une petite enquête de voisinage sur les tenants et les aboutissants de ce récit biblique , j’ai constaté des divergences significatives dans l’interprétation des faits .  Pour résumer , Adam , seul au milieu des animaux et des plantes s’ennuie dans son jardin d’éden . Dieu , dont les intentions ne sont pas toujours transparentes , créé Eve pour lui tenir compagnie et pose une condition à leur séjour éternel dans ce lieu idyllique ; le couple devra s’abstenir de croquer le fruit de l’arbre de la connaissance sous peine de mort .  Sous l’influence du serpent , Eve transgresse la recommandation et incite le "pauvre" Adam à faire de même . Le prosateur de ce récit ayant choisi de rester dans  l’ombre et mes sources d'information n’étant pas divines , il m'est difficile d’affirmer quoi que ce soit sur la signification réelle de ce scénario et du rôle joué par chacun des protagonistes . Il semble toutefois aujourd'hui admis que considérer  la femme comme le maillon faible de cette histoire est une interprétation erronée ;  l’auteur  possédait une solide connaissance de l’espèce humaine et de sa propension à satisfaire ses désirs quel-qu’en soient le prix et peut-être n’aura-t-il pas résisté à la tentation de nous prévenir des risques encourus ?  La question reste ouverte.

Toujours est-il que les effets dévastateurs de notre conduite sur notre environnement sont de plus en plus visibles et mesurables ; Les pays riches , stimulés par leur système économique s’occupent entre autres de pulvériser les ressources énergétiques , les pays pauvres sont animés par des préoccupations évidemment éloignées des considérations environnementales , les pays émergeant d’un marasme économique et politique compensent des années de frustration par une consommation exacerbée, tandis que les pays en guerre n’ont d’autres chats à fouetter que de s’octroyer le droit de massacrer leurs contemporains , aidés par des pays riches ou émergents qui les fournissent en armes dévastatrices, s'assurant ainsi la maîtrise des ressources . S’il y a bien une activité que nous menons dans un consensus mondial , sans pour une fois porter attention aux divergences culturelles ou religieuses, sans éprouver le besoin du moindre conciliabule autour d’une table des Nations Unies , c’est bien de scier la branche sur laquelle nous sommes assis . 

Depuis quelques décennies , les scientifiques et des médias diffusent des messages d'alerte à audibilité réduite tandis que les hommes politiques , dont la constance dans l'inertie est aussi légendaire que le mythe de Prométhée , mettent autant d'ardeur à relayer l'information que s'il s'agissait d'une proposition de loi fallacieuse émise en période estivale . Quant au contenu du message qui nous avertit des dangers qu’encourt la planète qu'on nous encourage à "sauver", il me laisse perplexe . S'il y en a une qui assistera à notre enterrement et nous survivra, c’est bien la planète Terre . Je comprends qu’il s’agit là d’une image et que le but recherché est de nous pousser à soigner notre milieu naturel mais c’est aussi une manière de détourner l’attention de la véritable question ;  Comme l’indiquait un certain Shakespeare , fameux dramaturge qui s’avère également être l’unique prophète britannique ;  "être ou ne pas être , là est la question" que doit se poser l'humanité.


Au bord du monde (Réalisé en collaboration avec Nicolas Perrin)


Heureuse journée à tous.
F

*Mon billet ne s’appuie évidemment en aucun cas sur une conception créationniste de la genèse mais je trouve qu’elle est une amusante base de réflexion.

*Les images qui illustrent ce billet , comme à l'accoutumée , ne sont pas issues d'un  montage photo. 


lundi 13 octobre 2014

Un long fleuve tranquille, ou pas...



Je le conçois, ces images sont d'un classicisme un peu affligeant, pas très bien cadrées, mais se sont mes premiers essais en vitesse lente et sans trépied ; J'en suis donc fière.
Elle sont aussi déjà un souvenir , celui d'un week-end réussi ; se promener sous une pluie battante, raconter des bêtises, pouffer de rire , s'imprégner de l'odeur des chevaux , renifler la nature...sont les composantes de deux belles journées.

La rivière est en crue ; Déferlement d’événements heureux ou malheureux , chacun est libre de son interprétation des excès de la nature . Aujourd'hui, mon cœur balance pour un déluge enchanteur .


Heureuse journée,
F

jeudi 9 octobre 2014

mercredi 1 octobre 2014

Les carnets magiques de Chayan Khoi (galerie Evartspace-Genève)

Carnet de voyage - Chayan Khoi à Evartspace - Genève

Hier, ma journée a été illuminée par une immersion dans l'univers  de Chayan Khoi, artiste d'origine iranienne dont le parcourt de vie commence à Téhéran, se poursuit en France pour enfin  bifurquer sur des chemins artistiques. Ses œuvres , photographiques ou pas , sont nourries par ses voyages.
Son parcours personnel et artistique est bien relaté sur les deux liens mentionnés en bas du billet que je vous invite à consulter. Il est donc inutile que je réécrive ce que d'autres ont fort bien rédigé, par-contre, je m'offre le luxe de vous livrer mon point de vue et ma perception de l'univers "Chayan Khoi", à travers les œuvres visibles à la galerie Evartspace (Grand-Rue 12, Genève) jusqu'au 30 Novembre 2014.


Chayan Khoi 

Les tableaux sont (très)grands et flamboyants et certains renferment des "boites à lumière" qui éclairent les œuvres de l’intérieur. Au premier regard , les qualificatifs qui me viennent spontanément à l’esprit sont "Kitch & Oriental", associés. "KITCH" pour les graphismes, certains thèmes et interprétations , la concentration de détails et "ORIENTAL" pour la gamme de couleurs , les symboles (pourtant sensés être universels) et enfin les encadrements qui me rappellent ces portes antiques et massives qu'on imagine trouver dans cette partie du monde.

Détail de tableau (Chayan Khoi)

Une fois passée outre cette esthétique qui m'est peu coutumière, l’exotisme qui s’additionne aux symboles , aux images et/ou objets portés par les œuvres m'a offert quelques escapades empreintes de spiritualité. Si ses voyages sont reliés à quelques pays ou cultures ils portent surtout , à mes yeux , une dimension onirique : J’oscille entre la vision de l'artiste et mon propre délire. L'abus d'art devrait être recommandé par l'Organisation Mondiale de la Santé pour ses vertus relaxantes et équilibrantes qui contribueraient au bienêtre des populations et à la paix sur terre (o: 


J'ai toutefois gardé le meilleur pour la fin; Les fabuleux carnets de voyages de Chayan Khoi







Dans leurs conceptions, ils répondent à la définition de cette pratique qui "métisse" les livres et les visuels en réunissant dans un "carnet" des photographies , images, dessins, peintures, textures, notes et objets collectés au jour le jour, retraçant ainsi le voyage d'une façon sensuelle.


Mais les carnets de C.K sont énormes. Ils rappellent de lourds grimoires qui contiennent des recettes magiques, des savoirs et des secrets ancestraux. Lorsque je me penche pour les regarder de plus prêt, c'est d'abord leurs odeurs "étrangères" qui me sautent au nez.

Les pages, parfois fabriquées avec des peaux tannées sont lourdes et riches ; elles offrent une succession de tableaux  superbement composés et porteurs d'une véritable "énergie" probablement véhiculée par l'assemblage des couleurs. Ils hébergent des trésors à découvrir au fur et à mesure de la "lecture".  Ils décrivent plus que de simples souvenirs de périples lointains,  racontent des cultures anciennes et contemporaines,  évoquent l'histoire des pays et leurs désordres. 


Chayan Khoi - Carnet de peau


Je me suis délectée de ces univers livresques: D’abord feuilleter de manière aléatoire en ayant le sentiment de pénétrer dans un monde ésotérique, toucher les pages qui ressemblent à des parchemins, tenter de décrypter les "signes" sans parvenir à percer leurs mystères, revenir sur les détails et les textures et me laisser porter par les odeurs qui entrouvrent des portes…
Intenses moments de découvertes que j'aurais bien prolongé en emportant un de ses précieux objets dans mon gîte où je l'aurais caché avec soin, m’en réservant l’accès d’une manière totalement égoïste en le consultant en cachette !
J'aime lire et relire les  livres que j'ai apprécié afin de retrouver la sensation qu'ils m'ont procuré et le voyage me "libère". L'alliance des deux, façonné avec autant de grâce me séduit totalement.



Chayan Khoi - Extrait de carnet de voyage - Venise

Pour consulter les informations concernant la vie, l’œuvre et le destin de Mr C.K en français c'est ici.
Sur son site internet, vous pouvez visualiser ses créations et je recommande d'aller dans la section carnets de voyage. Sa démarche artistique est également expliquée et son actualité détaillée: c'est .

Chayan Khoi est exposé à la galerie EVARTSPACE
Grand-Rue 12, 1204 Genève, Suisse.
Ouvert du Lundi au Vendredi de 11H à 19H
Carte et itinéraire:  ICI
Douce soirée à tous !
F